Jouez la carte de l’émotion !

Verbaliser une émotion la soulage …

Les enfants présentant un TDA/H peuvent être hyperactifs mais également hyperintéressés, hyperbavards, hyperserviables, hypercréatifs mais aussi pour la plupart hypersensibles.

On sait aujourd’hui que l’émotion prend naissance dans un besoin non pris en compte, se manifeste par une sensation physique en des endroits précis du corps et transforme l’équilibre de neurotransmetteurs dans le cerveau. Pour soulager l’émotion et rééquilibrer les neurotransmetteurs – d’autant plus si l’émotion est très intense et désagréable – l’individu va mettre en place des comportements spécifiques : rire, crier, pleurer, sourire, sauter, hurler, frapper, … Donc quand un enfant rit quand vous vous fâchez, il ne se moque pas de vous mais son système nerveux se soulage d’une tension et rééquilibre les neurotransmetteurs.

Chez un enfant présentant un TDA/H, ces réactions sont, bien souvent, disproportionnées et désordonnées. L’amygdale, siège de l’émotion dans le cerveau, serait comme enflammée de manière chronique et devient hyper réactive.  

Il est également établi que verbaliser une émotion la soulage. Souvent nous verbalisons de façon instinctive en jurant, criant, hurlant pour la partie extravertie ou en ressassant et s’inquiétant pour la partie introvertie de nos réactions.

Si nous apprenions à verbaliser nos émotions avec des mots et si possible auprès des personnes qui savent nous recevoir avec notre émotion, sans nous juger ou nous critiquer, nous serions soulagés instantanément.

Verbaliser nos émotions est un apprentissage de toute une vie. Il existe, cependant, des outils sous forme de jeux (cartes des émotions) que nous pouvons utiliser en classe ou à la maison pour faciliter la communication en cas de conflit, de tristesse ou de frustration. Nous pouvons ainsi aider notre enfant à retrouver un système nerveux plus serein en quelques minutes.

Afin de rendre les choses concrètes, je vous propose d’utiliser une « to-do list » de la démarche (quand l’émotion n’est pas trop intense comme une grosse colère) :

  • S’asseoir autour d’une table.
  • Disposer toutes les cartes « émotions » visibles vers le haut.
  • Proposer à chacun de piocher une ou plusieurs cartes qui relatent son émotion de l’instant.
  • Réaliser un tour de table des émotions de chacun (vous y compris) sans juger. L’idée est de se mettre en position d’écoute et d’inciter l’enfant à s’exprimer : raconte-moi !
  • Ne jugez en aucun cas les faits relatés, utilisez plutôt des rapports au corps : c’était agréable, désagréable, qu’as-tu ressenti ?,… Le piège à éviter est de vouloir à tout prix arriver à une moralisation de type : « tu as compris, tu ne dois plus faire cela, évite à l’avenir de… » mais plutôt de remercier l’enfant d’avoir partagé son émotion avec vous : « Je suis contente d’avoir parlé avec toi, merci d’avoir partagé ce moment avec moi, je sais que ce n’est pas un exercice facile mais je trouve que tu as joué le jeu,… »
  • Répétez l’exercice de temps en temps. Plus vous le pratiquerez, plus il sera efficace.

Afin de vous aider à mettre cela en place, des jeux de cartes existent en ligne :

Ou encore disponibles à l’achat :

 

En tous cas, je me sens heureuse d’avoir partagé cet outil avec vous ! A bientôt !

 

Fr@ncin

Par | 2017-04-23T12:54:49+00:00 28 mars 2017|Outil|0 commentaire